Arrivés samedi soir, trois jumbos dans ce si petit aéroport de Pointe à Pître, cela donne une heure et demie pour en sortir, on monte enfin dans la voiture de location et direction Saint-François. P'ti punch pous s'endormir, dîner dans la marina, entourés de Band Live en concert et d'un DJ fou d'electro qui n'arrivera à nous empêcher de plonger dans les bras de morphée.

Soleil entre aperçu dimanche matin au lever en levant le store, entre-aperçu, car cela n'a pas duré. Peu importe on est heureux d'être là, de voir des belles couleurs, d'avoir le sourire des guadeloupéens.

20160501_065743

 

 

20160501_065726

 La navette rentrant de Marie -Galante.

Dimanche répérage des lieux utilitaires Marché, primeur, hypermarché, et participation involontaire à la manif du 1er mai de la CGTG dans les rues de Saint-François en direction des Raisins clairs. Ce n'est que vers 13h que lesté d'une montagne de légumes et fruits, d'un poulet adopté en extremis chez le boucher, que nous arrivons à rentrer chez nous.

Manque de bol, il pleut cet après-midi, on tente la plage, du coup un peu frisquette, le lendemain on récidive, le temps aussi, et c'est trempé comme les serviettes que l'on remonte en courant.

Lundi matin petit tour au port de pêche de Saint-François. Sur l'étal du poissonnier à l'accent de Perpignan, du lambis, de la langouste, des vivaneaux, de la dorade choryphène et du tazar.

Une des langoustes est en pleine forme, prête à se battre, et rebelle, les pattes en avant et des antennes géantes toutes dressées. Si elle avait des pinces comme le homard, je suis certaine qu'elle n'hésiterait pas à s'en servir.

Madame avant,

Je suis seule avec le monstre, j'ai pourtant l'habitude de couper le homard, mais là, elle me fait penser à Alien, au point que la voyant essayer de sortir avec un tel ram dam, que je finirai par lui cacher la vue avec le couvercle du faitout pour avoir la paix.

 

20160502_140953

Madame après le Match découpée par Monsieur avec un vulgaire couteau pointu

20160502_200634

20160502_200710

Pas de super présentation, on n'est pas chez Top Chef, juste en vacances, mais une saveur exceptionnelle et d'un moelleux délicieux. Là on vous laisse, on part finir le repas, mettre la table et faire des petites salades pour accompagner.

 

Cuisson de la langouste.

Uniquement de la langouste, car nous on n'a pas encore cuit sur la plage.

Pas de bbq ici, donc ce sera Thermidor à défaut de Fructidor.

Préparer un court bouillon avec les moyens du bord, dans un grand faitout rempli d'eau très salée, quelques cives, du poivre, un peu de carottes, des branches de persil, quand cela a pris un peu de goût et frémit, y plonger la bestiole et laisser cuire 25 à 30mn, sans couvrir. Laisser l'animal refroidir dans la casserole avant de le découper. Bon quand je dis y plonger, c'est munie d'une serviette éponge et après un peu de musculation que j'ai fini par mettre la langouste dans la casserole, car elle était très lourde, la bestiole pesait plus de 2kg et c'était un peu compliqué d'arriver à caser ses pattes en dedans !

On compte à peu près 1mn à 1mn 30 de cuisson par 100g.

Riz improvisé à la Créole à l'ananas.

Faire revenir dans un fond d'huile d'olive quelques graines à roussir, des morceaux d'ananas bouteille (délicieux ici), de cives quelques brins de haricots verts locaux coupés en petit morceaux, et 3 verres de riz basmati lavé, sel, poivre, puis couvrir d'eau (pas trop juste pour crever le riz), laisser évaporer jusqu'à cuisson al dente pour nous. Servir froid avec la langouste.

 

Je dédie ce billet à Laulaure du blog Douceurs Antillaises qui a eu la patience de faire un joli billet sur les légumes et fruits de la Gwada.